samedi 31 décembre 2011

21. Bonne année grand-mère.

Mon sommeil se fait fragile pour diverses raisons.

Depuis trois semaines maintenant, mes journées ont pris un rythme effréné et éreintant. Mon précieux sésame remis aux autorités, je passe désormais la majorité de mes soirées dans la cuisine d'un des restaurants de la ville, à récurer la vaisselle sale. Et si je ne suis pas en cuisine, c'est dans un des bars de la ville que vous me retrouverez à entretenir ma vie sociale bien plus qu'active. De nombreux nouveaux visages sont venus irradier ma petite existence monotone...

Mais si cette nuit fut courte et agitée, ce n'est ni la faute de ma vie professionnelle mouvementée, ni celle de ma vie personnelle chamboulée, mais bel et bien le résultat d'une nouvelle année écoulée.

Dans moins de 24 heures, les douze coups de minuit retentiront. Ils annonceront le début d'une nouvelle année, mais également le premier jour de mes 24 ans. Et cela m'effraie tellement, les années qui s'effritent sans nous laisser le temps. Je me revois encore fêter mes 23 ans dans mon chez moi, avec eux, avec lui. Ce jour paraît si frais dans ma mémoire qu'il m'est difficile de réaliser que 365 jours sont venus l'écraser. Et pourtant...



Ce baiser mouillé sur mes lèvres, ce regard amoureux sur mon sourire, ces mains hésitantes sur mon visage... les nouveaux jours cherchent à effacer ton image. Et ce jeune homme essaye tant bien que mal de me faire oublier la plaie béante qui se trouve encore en mon coeur, malgré cette année envolée.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Is there something you'd like to say ?