mardi 27 mars 2012

36. La région de Surin.

Cheveux au vent, le temps s'égraine allègrement. Heure après heure, nous migrons un peu plus vers l'est du pays. Depuis Ayutthaya et son célèbre parc historique, nous nous sommes dirigés vers la région de Surin. Au village de Ban Tha Sawang, j'ai pu observer des femmes habilement tisser la soie et à celui de Ban Khwao Sinarin, j'ai vu des hommes et des femmes travailler l'argent avec une concentration certaine. Lorsque nous sommes arrivés à Ban Ta Klang, village d'éléphants, j'étais partagée entre l'excitation de cette rencontre hors du commun et l'indignation que me provoquait la captivité de cet animal majestueux. Le plus outrageux fut de voir ce spectacle où se mêlent dressage et dérision. J'en suis repartie le cœur lourd, une pointe d'impuissance entre les côtes.

Par soucis d'économie, et surtout pour son côté grisant, nous levons le pouce dans l'espoir qu'un pick-up veuille bien nous emmener vers notre prochaine étape. L'attente est parfois longue, mais arrive toujours le moment où une famille Thaïlandaise nous embarque volontiers à l'arrière de son véhicule. Parfois, nous ne sommes pas les seuls à profiter de la brise légère ; de jeunes enfants ou des adolescents partagent timidement leur espace vital, portés par la fierté de leurs parents. Les yeux rieurs de ces derniers nous rappellent la bonté du peuple thaïlandais...

Quelques jours plus tard, nous rebroussons chemin vers la capitale. Un arrêt au Phanom Rung National Park et au Khao Yai National Park me paraissent indispensable. Les ruines de l'un et la beauté floristique de l'autre me comblent de joie. Mes pupilles sont en émoi. A cet instant précis, rien ne compte plus que mon amour pour Mère Nature.


Forever and after.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Is there something you'd like to say ?