mercredi 24 août 2011

2. Randonnée à Grey Mountain.



Claude et moi sommes allés au sommet de Grey Mountain, le plus proche des monts alentours, à 1500 mètres d’altitude. Mes poumons m’ont réprimandé dès les premiers mètres, mes gambettes ont ajouté leurs reproches un peu plus loin sur le chemin. C’est complètement à bout de souffle et les jambes flageolantes que je suis arrivée au sommet. Vous savez, les mains sur les genoux, les joues rosies, et les poumons au sol. C’est à cet instant précis que je me suis promis de trouver en moi -durant les 12 prochains mois- la force d’arrêter de fumer… En relevant la tête pour jeter un oeil à la vue qui s’offrait à moi, j’aurais pu m’effondrer ! Non de fatigue mais d’admiration. Wahou! Devant moi se trouvait exactement ce que j’étais venue chercher: l’immensité de la nature. Et avec elle, sa force, son pouvoir, son énergie. Ce sentiment de liberté et de bonheur qui vous envahit devant un tel spectacle. Pour la première fois en ma courte existence, j’avais la sensation que le monde m’appartenait !

Oui, il y a ces moments de faiblesse où les larmes roulent sur mes joues. Oui, il y a ces instants d’infini tristesse où mon passé proche me manque horriblement, où tu me manques. Mais je ne regrette pas mon choix. Cet estomac noué, cette bouche sèche, ces yeux ébahis… tout est la preuve irréfutable d’une bonne décision.
C’est ce jour, après un peu plus d’une semaine ici, que le Yukon entre officiellement en mon coeur. De nouveau, je tombe amoureuse.

Le Yukon, mon amant tant attendu.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Is there something you'd like to say ?